Les bonnes pratiques

Consignes de la Fédération Française de Randonnée

Le randonneur et la route
FFR Le randonneur et la route.pdf
Document Adobe Acrobat 2.6 MB

Rappel du règlement intérieur du Godillot Pornicais (extrait)

Article 5 : Sécurité et ../..

- Le règlement encadrement et sécurité de la Fédération Française de Randonnée pédestre s’applique à toutes les activités de l’association.

- Randonneur : 1- vous avez sur vous votre licence, votre carte d’identité  et de sécurité sociale.

                            2- vous respectez et appliquez les consignes données par l’animateur.

                            3- vous ne dépassez pas l’animateur.

                            4- vous laissez votre sac sur le bord du sentier en cas d’arrêts inopinés impliquant de vous éloigner du chemin et s’il y a impossibilité de prévenir.

                            5- vous restez attentifs à vos voisins et répercutez les éventuelles informations provenant du serre-file, auprès de vos voisins ou du responsable../..


A propos du château de la Mossardière (question lors de la rando du 15/09/2015)

L'avis du Petit Futé sur LA MOSSARDIÈRE

image: http://www.petitfute.com/images/logos_pf/squarepetitfute.png

Construite au XVIIIe siècle par un riche négociant et armateur ayant fait fortune grâce à la traite négrière, M. de Quatreville. Joseph Marie Le Retz, seigneur du Plessis Grimaud, l'achète en 1791. En 1883, Madame Sageran, fille de l'armateur nantais Thomas Lauriol en devient propriétaire et elle est dans cette famille depuis 130 ans. Pendant la Révolution, le curé Galipaud, venait y célébrer des messes clandestines. Pendant l'Occupation, la Mossardière a été le siège de l'état-major allemand de la zone Sud puis le quartier général des FFI. Cette magnifique demeure est restée en état et on peut la visiter tout en se projetant dans le faste de l'époque. Aujourd'hui on peut louer la Mossardière pour une nuit, un week-end ou une semaine. Elle possède 22 couchages.


En savoir plus sur http://www.petitfute.com/v27615-pornic-44210/c1173-visites-points-d-interet/c937-monuments-et-edifices/255328-la-mossardiere.html#GhVWHjlLg5z03YFM.99

la_Mossardi_re___Pornic_30

Exemple de " folie " négrière bâtie au XVIII ième siècle par

un riche négociant,armateur, négrier et corsaire du Roi Louis XV

Mr Louis de QUATTREVILLE.

Joseph Marie LE RETZ, seigneur du Plessis Grimaud, l'achète en 1791.

en 1883, Madame SAGERAN, fille de l'armateur nantais Thomas LAURIOL

en devient propriétaire et elle est dans cette famille depuis 130 ANS.

Pendant la Révolution , le curé Galipaud, venait y célébrer des messes clandestines.

La MOSSARDIERE peut coucher plus de 22 personnes

on peut la louer à la nuit,  week end,

semaine et plus ...

A propos de l'Amiral Leray (source Ouest France) (question lors de la rando du 18 août)

L'installation de statue de l'amiral Le Ray a été célébrée hier

Ce mercredi 12 août, l'installation de la statue de l'amiral Théodore Le Ray a été célébré comme prévu par le maire de Pornic, Jean-Michel Brard, Dominique Pierrelée, historien du Pays de Retz, et des membres issus de la 4e génération de l'Amiral qui trône dorénavant au milieu d'un arc de verdure, face au château de Pornic, sur le devant du jardin de Gourmalon.

Cette date est symbolique, elle coïncide à l'inauguration de la statue de l'amiral du 12 août 1855 sur la place du Môle. À l'époque, c'était un jour de liesse populaire avec les régates annuelles et la fête de Pornic. Elle restera campée place du Môle jusqu'en 1990. « Durant 160 ans, comme le maire de Pornic Stanislas Bocandé l'avait décidé, les Pornicais l'ont eue sous les yeux chaque jour. Mais ce que l'on n'avait pas prévu, c'est que les habitants, petits et grands allaient l'adopter... », dit Jean-Michel Brard qui a accompli cette mission. « Reconnaître les personnages qui ont joué un rôle dans l'histoire de la ville est un devoir au même titre que de préserver le patrimoine bâti pornicais ou notre patrimoine paysager ».

Dominique Pierrelée est revenu sur l'histoire de cette implantation en 1855 et sur le choix vers l'amiral Le Ray, les recadrant dans le contexte de l'époque. L'histoire de cette réimplantation dans le jardin de Gourmalon a fait couler de l'encre. Mais, il faut avouer, qu'ici, la statue restaurée par un bénévole pornicais malheureusement disparu, Claude Vitet, a trouvé un écrin de verdure qui lui sied à merveille. « Remettre en place la statue de l'amiral Le Ray aujourd'hui nous permet de nos acquitter de ce devoir de mémoire en rappelant à tous son rôle et en transmettant son souvenir ».

Théodore Le Ray commence à servir l'État en qualité de mousse dès 1804, à l'âge de 9 ans, suivant son père à Boulogne. Il connaîtra par la suite une « ascension fulgurante ». Parallèlement à sa carrière de marin, Théodore Le Ray sera aussi membre du conseil général du Pays de Retz et député de Paimboeuf, de 1836 à 1846. Localement, il intervient en 1842 pour obtenir du ministre de l'Agriculture et du Commerce une subvention de 1 000 francs pour « permettre la construction d'un abri pour les curistes de la source de Malmy, à Pornic ». Il aura moins de succès en défendant le projet de canal de Pornic à Nantes. Un projet lancé en 1786 par le marquis de Brie-Serrant, dont la réalisation aurait pu élever Pornic au rang des principaux ports de Bretagne...

A propos du pluriel de "quelque" (question lors de la rando du 18 août)

Selon le sens qu'il a, quelque s'écrit au singulier ou au pluriel

Quelques : plusieurs

Quelques qui signifie « plusieurs » est un déterminant : il s'emploie avec des noms au pluriel et prend lui-même la marque du pluriel s.Il ne nous reste plus que quelques petits problèmes à résoudre.Vous recevrez votre commande dans quelques jours.
Quelques signifiant « plusieurs » peut lui-même être précédé d'un autre déterminant.La direction a tenu compte de mes quelques remarques (le déterminant mes précède quelques).Nous avons mis par écrit les quelques idées que nous avions eues (le déterminant les précède quelques).

Partage de recettes

Le flan pâtissier

1) Faire préchauffer le four à 180°

2) Dans une casserole, faire chauffer 1 litre de lait (entier de préférence) avec 200 g de sucre en poudre, 1 sachet de sucre vanillé, une pincée de sel, surveiller...

3) Dans une jatte, mélanger 150g de poudre à flan (type impérial en supermarché) avec un œuf entier et 25 cl de lait

4) Dans un moule à manqué (ou moule à tarte assez haut) dérouler une pâte feuilletée (ou la faire si temps et courage), la piquer à la fourchette

5) Revenir au lait qui doit commencer à bouillir, bien mélanger, incorporer la préparation poudre/lait/œuf sitôt que le lait commence à monter et mélanger doucement quelques minutes (1 à 3mn) que la préparation épaississe.

6) Verser la préparation dans le moule avec la pâte feuilletée.

7) Placer au four chaud pour 20 à 25mn, surveiller les dernières minutes pour que le flan se colore plus ou moins selon les goûts.

8) Laisser refroidir, le flan est meilleur à partir du lendemain.

A propos du pont de Saint Nazaire

Suite aux interrogations pendant notre rando de Mindin du 10 mars, voilà ce que dit Wikipédia :

Historique[modifier | modifier le code]

Le pont de Saint-Nazaire a été mis en service le 18 octobre 1975 après trois ans de construction. Avec sa travée centrale de 404 m, l'ouvrage métallique de 720 m détenait à sa construction le record mondial de portée pour un pont métallique haubané.

En 1992, le conseil général de la Loire-Atlantique a pris le contrôle de la SAEM du pont de Saint-Nazaire concessionnaire de la construction et de l'exploitation de l'ouvrage. L'accès au pont devient gratuit par suppression du péage le 1er octobre 1994.

L'ouvrage a été versé au patrimoine routier du conseil général de la Loire-Atlantique qui en assure la gestion et l'entretien depuis le 1er août 1995. Depuis sa création les échanges entre le nord et le sud estuaire se sont considérablement développés.

À l'époque de sa construction (1975), le Pont de Saint Nazaire était le plus long pont réalisé en France; il détenait d'autre part le record mondial de portée pour un pont haubané. (Record détenu pendant 8 ans)1.


Etymologie St Michel Chef Chef

D'après Wikipédia

Le nom de Saint-Michel-Chef-Chef, dont l’étymologie est discutée, est une déformation de Saint-Michel-de-Chevesché (forme ancienne), issue du bas-latin Terra de Chevesché, ancien nom de la Pointe Saint-Gildas toute proche.

Le terme Chevesché est une déformation de chevecier-chef, qui désignait naguère en langue ecclésiastique celui qui surveillait le chevet d'une église et qui, par extension, avait la garde du trésor. Ce dignitaire religieux qui percevait les revenus d'une abbaye (ici en l'occurrence celle de Pornic), logeait dans une chefferie1.


Question posée pendant la rando du 27 janvier, propositions de réponse

D'après infobretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de SAINT-MICHEL-CHEF-CHEF

Saint-Michel-Chef-Chef vient de "terra de Chevesché", à la fin du XIème siècle. Chevesché signifie probablement "la pointe", dénomination porté par la pointe de Saint-Gildas jusqu'en 1750. Une autre origine possible est qu'un nommé Le Chevecier chef résidait au couvent principal, à Saint Michel. On disait alors Saint Michel du Chevecier chef pour désigner sa résidence. Par abréviation ce nom est devenu peu à peu Saint Michel chef chef. 

Le premier bourg se trouve enseveli sous les dunes au Sud de Comberge. Le bourg actuel de Saint-Michel-Chef-Chef est situé à l'emplacement d'une ancienne ferme gauloise. L'église Saint-Michel est donnée, en 1104, à l'abbaye Saint-Serge d'Angers. En 1413, la paroisse de Saint-Michel-Chef-Chef appartient au baron de Retz, Guy de Laval. Elle est rachetée à Gilles de Rais ou Retz (fils de Guy de Laval) le 10 juin 1435 par l'évêque Jean de Malestroit, évêque de Nantes, mais sous la pression du Roi de France, elle est abandonnée à Prigent (ou Prégent) de Coëtivy (époux de Marie de Rais, fille de Gilles de Rais et de Catherine de Thouars) en 1448. Gilles de Rais est brûlé en 1440. Marie de Rais décède en 1457. Les seigneuries furent celles de Tharon, Comberge et La Souchaie. 

Saint-Michel-Chef-Chef, situé au fond d'une baie entre la pointe Saint-Gildas et Saint-Brevin-les-Pins est composé de deux stations : Saint-Michel et Tharon-Plage. Comme à Préfailles, une source (Comberge) a contribué à développer la vocation touristique de Saint-Michel-Chef-Chef.